oepras

 

operas


Après avoir terminé ses études de chant au Conservatoire de Lausanne et à la Guildhall School de Londres, François Piolino, ténor Suisse né à Bâle, obtient un Premier Prix au Conservatoire National Supérieur de Paris.
Il travaille sa voix depuis de nombreuses années avec le ténor parisien Guy Flechter.

Une première carrière dans la musique baroque, principalement avec William Christie et ses Arts Florissants, lui permettent d'acquérir de solides bases pour aborder la suite de son parcours, qui s'oriente tout naturellement vers l'opéra. Spécialisé dans les rôles de caractère, il sillonne la France et l'Europe, se produisant sur les plus grandes scènes : Bastille, Garnier, Châtelet, Théâtre des Champs Elysées, Lyon, Nancy, Strasbourg, Aix-en-Provence, Genève, Opéra Royal de Wallonie, Staatsoper Berlin, Amsterdam, Glyndebourne, …

Ses voyages lui permettent de rencontrer de nombreux metteurs en scène, tels
Robert Carsen, Graham Vick, Laurent Pelly, Olivier Py, Jean-François Sivadier, Mariame Clément, Patrice Caurier et Moshe Leiser, Bob Wilson, Jean-Louis Martinotti, Frencesca Zambello, Günter Krämer, Christoph Marthaler, etc... et de chanter sous la baguette de Michel Plasson, Yvan Fischer, Pinchas Steinberg, Bernhard Kontarsky, Lawrence Foster, Jérémie Rhorer, Charles Dutoit, Jeffrey Tate, Philippe Jordan ou Esa-Pekka Salonen.

Parmi les rôles qu'il a abordé, citons Don Basilio (Les noces de Figaro), Goro (Butterfly), Caius (Falstaff), Pang (Turandot), ou Monsieur Triquet (Onéguine), sans oublier le Novice de Billy Budd, dans lequel il s'est tout particulièrement illustré à l'Opéra Bastille.

Grâce à sa parfaite maitrise de l'allemand, François Piolino est très à l'aise dans des rôles tels que les Juifs (Salomé), M.Taupe (Capriccio), Scaramuccio (Ariane à Naxos), Valzacchi (Le chevalier à la rose) ou Monostatos (La flûte enchantée), un de ses rôles fétiches, qu'il a chanté plus de 80 fois, dans le monde entier.

Le répertoire français lui permet de s'exprimer dans sa langue maternelle : le Remendado (Carmen), Guillot de Mortfontaine (Manon), Schmidt (Werther), les quatre valets des Contes d'Hoffmann ou l'aumônier du Dialogue des carmélites ; mais il affectionne tout particulièrement les trois rôles de ténor de L'enfant et les sortilèges ( la théière, l'arithmétique et la rainette) qu'il chante partout sous la baguette des plus grands chefs.

Ses futurs engagements comprennent L'enfant et les sortilèges à Glyndebourne, Munich, Cologne, Lausanne, Genève, Stuttgart, ainsi que ses débuts à Covent Garden dans l'Etoile et Werther.

 

retour à l'accueil